contenu résumé de la formation

ce module n’est pas destiné a être copié, mais, bien sûr !, il va l’être..

MODULE A  rappel de notions en : zoologie, biologie, classification des espèces . 

- les mammifères sociaux. Définition. Organisation de groupe. Fluctuations (cas du chien)
- Du loup au chien. les origines du chien : hypothèses, dont celle de J.Serpell.
- Le CHIEN, le CHIEN DOMESTIQUE, le CHIEN FAMILIER- contraintes et modelage.
- la systémique*: Définitions, utilisation dans le cadre des interactions famille/chien familier,*antériorité : Méthodes de thérapie   
        systémique Michel Chanton thèse 1991
- exemples d’approche systémique dans un entretien analysé. Mise en pratique.
- homéostasie familiale. Bateson, Ruskin, Watzlawick.
- analyse cartésienne. 

- Théorie de la forme ( Gestalt )

- interprétations anthropomorphiques.

MODULE - B - LE CHIEN : étapes du développement du comportement social chez le chiot.
- comportement d’investigation et peur, sociabilisation, cas de certains chiens d’élevage.

- évolution des capacités d’apprentissage et du comportement social en relation avec les étapes du développement
 des capacités sensorielles et motrices.
- Apprentissage des codes sociaux au sein de la fratrie. Empreinte et double empreinte.- rituels de communication.
- Obstacles au bon apprentissage du comportement social chez le chiot.
- hiérarchie chez le chien , Alpha,dominant, relations intraspécifiques dans ce domaine.
- proxémique. Perception de l’espace, comportement, distance critique.
- espace et pouvoir. Film ( observations Trumler ).
- recherches en cours sur le thème “interprétations abusives du comportement social du chien familier” .
- “das Unheimliche” et le chien familier.
- la notion d’ “umwelt“ , les inférences.

● MODULE - C - COGNITION : capacités cognitives. La pensée chez l’animal ?
- LES APPRENTISSAGES : relation avec le statut du chien familier.
- Sémiotique. les rituels .définitions, évolution, rôles.
- Ritualisations d’interactions Homme/ Chien.
- COMMUNICATION : verbale, paraverbale, non-verbale.
- L’AGRESSION. Les menaces, leurs rôles. Incompréhension.
- classification des différentes conduites agressives (classification de Moyer).
● MODULE - D - le mode de vie chez le propriétaire du chien : pathologie ou groupe pathogène ?
- causes d’agression chez le chien. Chez le chien familier.

- réactions de propriétaires de chiens agressés par leur chien. Les injonctions absurdes : tuer le chien.
- Les conseils pernicieux.
- La fable du propriétaire de chien “dominant”, inanité de la notion de “hiérarchie interspécifique”.
- approche “ Palo Alto ou Knock ”
- Le chien et l’enfant. Information, prévention, aide aux propriétaires de chien.

● MODULE - E - LA PEUR : définitions. Conséquences. La peur et le chien familier.
- Cas particulier des milieux de l’élevage et du dressage. Le déni de la peur.
- critères (fondés ou subjectifs) de choix d’un chiot.
- information des propriétaires d’un chiot,
(les contrevérités les plus fréquentes.)
- causes de perturbation du comportement du chien.
- étude de certains types d’élevage de chiens.
- cas de certains chiens “de race”. Syndrome de privation
(syndrome du chenil : Campbell 1975)
- cas du chien adopté.
● MODULE - F - LE COMPORTEMENTALISTE , SON METIER, SES CONSULTANTS :
- écouter, rassurer, rectifier. “comprendre et faire comprendre”.
- les attentes du propriétaire de chien. Double contrainte. Contradictions. Incohérences.
- Inférences. Impossibilité pour le chien de produire une réponse adaptée. Conséquences.
- le dressage, parmi les techniques inadaptées au rétablissement d’une relation satisfaisante. Effets néfastes.
- concours et compétitions. Surexcitation, tension.
- confusion entre peur, “obéissance”, hiérarchie, soumission, autorité.
- les techniques de l’entretien semi-directif. Ecoute d’enregistrements d’entretiens. Films. Mise en pratique.
- Le comportementaliste et les médias. Se faire connaître. Relations avec d’autres professionnels.
- Le code de déontologie de la profession.

✭ QUELLE DUREE ?
- La durée de la formation : les seuls critères à considérer, pour comparer, sont : la durée des cours, en direct avec le formateur,
et exprimée en heures, le contenu de la formation et le cursus du formateur, quand il existe !. 
Une formation ne se juge pas au poids ! Celle que je dispense comporte cinq  modules. Si je dispensais un seul module par an elle durerait CINQ ans !  En serait-elle meilleure ?... Évidemment non ! la durée calendaire n'est pas une garantie de qualité des cours, encore moins de compétence du formateur.

En résumé comparez, questionnez, téléphonez (si vous pouvez parler à un être humain !) ne vous fiez pas aux ragots des forums, vérifiez vous-même et contactez-moi si vous le souhaitez.  michel.chanton@orange.fr   - tél  05 4692 5392

                                                                                                            ooooooooo

CERTIFICATION : Chaque étudiant dispose de six mois, à partir du dernier jour de sa formation, pour adresser - en deux exemplaires- son mémoire au formateur. Celui-ci le transmet à deux évaluateurs (un éthologiste et un psychologue).

Après évaluation favorable, le certificat définitif, intitulé QUALIFICATION DE COMPORTEMENTALISTE-  CERTIFICAT DE SUIVI DE FORMATION DECERNE LE ... A M...  SESSION F...qui a suivi avec assiduité et succès les cours dispensés lors de la formation de    COMPORTEMENTALISTE ....

est adressé par la poste à la personne concernée ce certificat est le même pour tous et n'est pas rédigé au gré et à la fantaisie de chacun.



Comments